Accueil > Actualités > A la une > Fracture en hausse, dépistage en baisse…

Fracture en hausse, dépistage en baisse…

Une nouvelle campagne sur l’ostéoporose pour ne pas oublier cette pathologie silencieuse.

A l’occasion de la Journée Mondiale de l’ostéoporose le 20 octobre 2016, L’AFLAR (Association Française de Lutte Anti-Rhumatismale) et AMGEN poursuivent leur mobilisation contre cette pathologie, devenue un véritable enjeu de santé publique en lançant une campagne de sensibilisation nationale et multicanale. Celle-ci se déploie sur le net, à travers une vidéo diffusée notamment sur les réseaux sociaux, et dans les salles d’attente, grâce à des affiches et brochures explicatives pour les patientes.

L’ostéoporose : fréquente, chronique, silencieuse… et des fractures en augmentation !

À partir de 50 ans, une femme sur trois (entre 2 et 3 millions de femmes en France) et un homme sur cinq subiront une fracture au cours du reste de leur vie1,2. Loin d’être une pathologie anodine, l’ostéoporose tue : près du quart des patients de plus de 55 ans (23,5%) hospitalisés pour une fracture de l’extrémité supérieure du fémur, complication la plus grave de l’ostéoporose, décèdent l’année qui suit3.

En 2010, on estimait à 377 000 le nombre de nouvelles fractures dues à l’ostéoporose en France2. Douze mois après une fracture de la hanche, on observe une perte d’autonomie chez 80% des patients et un handicap au long cours chez 30%4.

Des traitements efficaces, mais une prévention primaire insuffisante et un diagnostic en baisse qui débouche rarement sur une prise en charge adaptée…

La confirmation du diagnostic d’ostéoporose est faite par ostéodensitométrie osseuse (DMO) mais, entre 2011 et 2013, cet examen était en baisse d’environ 6% chaque année1.
Le Dr Laurent Grange, Président de l’AFLAR et Rhumatologue au CHU de Grenoble explique : « L’ostéoporose n’est pas perçue comme une vraie maladie mais une part normale du vieillissement et la fracture comme un événement peu grave. De plus, les conditions de remboursement de l’ostéodensitométrie sont parmi les plus complexes dans le domaine des examens complémentaires et découragent les médecins généralistes. »
Il a ainsi été mis en évidence que l’ostéoporose était insuffisamment reconnue et traitée par les médecins5. Par ailleurs, lorsque l’ostéoporose est diagnostiquée, il faut une prise en charge adaptée. Or, 70% des personnes ayant bénéficié de l’ostéodensitométrie n’ont pas de traitement spécifique, ni un an avant, ni 6 mois après l’examen1.

Une campagne développée en parallèle du lancement des Etats Généraux de l’Ostéoporose et d’une enquête menée auprès des patients.

Une enquête inédite auprès des patients : dans le cadre des Etats Généraux de l’Ostéoporose lancés cette année, et durant tout l’automne, l’AFLAR met en ligne sur son site internet une enquête d'envergure, dédiée aux patients atteints d’ostéoporose pour mieux les connaître. Deux questionnaires sont disponibles : le premier s’adresse aux personnes n’ayant pas eu de fracture et le deuxième s’adresse aux personnes ayant eu une fracture liée à l’ostéoporose. Pour participer à l’enquête sur l’ostéoporose : www.aflar.org 

1. Cnamts – Propositions de l’Assurance Maladie pour 2016
2. Svedbom A, et al. Epidemiology and Economic Burden of Osteoporosis in France. Arch Osteoporos. 2013 ; 8 (1-2) : 137
3. DREES, janvier 2016, « Quel risque de décès un an après une fracture du col du fémur ? » consultable sur : http://drees.social-sante.gouv.fr/IMG/pdf/er948.pdf
4. Rousière M. De l’importance de prendre en charge l’ostéoporose. Presse Med. 2011 Oct 40(10) : 900-9
5. Bodin M. 29e journées scientifiques du GRIO – 15 janvier 2016 à Paris. Rhumatos 2016 ;13(114) :58-63

FR-NP-NPS-1016-038868

  • A-
  • A+
Blythe Danner, actrice récompensée aux Tony et Emmy Awards et mère de l’actrice Gwyneth Paltrow, est atteinte d’ostéoporose. Elle a décidé de se soigner et suit un traitement.

Les articles les plus consultés

Si vous vous sentez démuni face à votre maladie, rejoignez un groupe de soutien. Cela peut vous aider à envisager l’avenir de manière positive.
Les personnes atteintes d’ostéoporose redoutent souvent de tomber et donc de subir une fracture. Cela peut les conduire à s’isoler. En tant qu’aidant, vous pouvez les entourer et pratiquer certaines activités avec elles.
L'os, fragilisé par l'ostéoporose, est moins résistant et se fracture donc plus facilement. Tous les os peuvent être touchés mais les vertèbres, le col du fémur et le poignet sont les plus fréquemment atteints.