Accueil > Tout savoir > Soigner l’ostéoporose > Les traitements médicamenteux

Les traitements médicamenteux

Les traitements de l’ostéoporose combinent hygiène de vie et médication. Celle-ci permet de diminuer d’environ 30 à 50% le risque de fractures(1).

Comment traiter l’ostéoporose ?

On envisage une prise en charge médicamenteuse après avoir corrigé une éventuelle carence en calcium et/ou en vitamine D et lorsque le risque de fracture est jugé élevé.

Les traitements agissent :

  • soit en inhibant les cellules qui détruisent l’os
  • soit en stimulant la formation osseuse
  • soit en faisant intervenir les deux mécanismes simultanément.

Le choix thérapeutique se fait selon l’efficacité de la molécule, sa tolérance, ses conditions d’administration et son mécanisme d’action.

Il est souvent possible de retrouver une partie de la masse osseuse perdue.

Quelles sont les principales classes de médicaments ?

Ceux qui ralentissent la perte de masse osseuse

- les bisphosphonates qui se fixent sur l'os et inactivent les cellules résorbant l'os.

- les SERMs qui miment l'action des estrogènes en se fixant sur leurs récepteurs.

- Les médicaments qui inhibent le RANK ligand, protéine qui stimule les cellules résorbant l'os.

Ceux qui favorisent la fabrication d’os nouveau

- Les analogues des hormones parathyroïdiennes (PTH).

Le cas de l’hormonothérapie

A la ménopause, on peut recourir à une hormonothérapie substitutive, qui contribue à ralentir la perte de masse osseuse et à réduire le risque de fracture. Elle est cependant rarement employée dans ce but unique car elle comporte des risques. La Haute Autorité de Santé préconise donc un traitement au cas par cas, avec un traitement hormonal de la ménopause au dosage le plus bas possible et sur une durée la plus courte possible. On note qu’au moment de l’arrêt du traitement hormonal, la perte de masse osseuse s’accélère, comme naturellement chez les femmes au cours des années qui précèdent la ménopause.

Votre médecin vous prescrira le traitement qui convient le mieux en prenant en compte le rapport bénéfices/risques de ce traitement qui est spécifique à votre situation médicale.

Pour toute infomation sur les médicaments nous vous conseillons de consulter le site de la Haute Autorité de santé (HAS) qui vous permettra d'accéder aux informations officielles sur les spécialités pharmaceutiques.


[1] Dr Patrick Le Goux, Comment améliorer l’observance au cours du traitement de l’ostéoporose ?, 20e congrès français de rhumatologie, http://sfr.larhumatologie.fr/Data/FlashConfs/2008/44/

 

 

NP-PR 14 0479- DMB-FRA-AMG-582-2014-September-NP

  • A-
  • A+

Les articles les plus consultés

L'os, fragilisé par l'ostéoporose, est moins résistant et se fracture donc plus facilement. Tous les os peuvent être touchés mais les vertèbres, le col du fémur et le poignet sont les plus fréquemment atteints.
Toutes les femmes ménopausées ne développeront pas systématiquement une ostéoporose. Avant la ménopause, les cas d’ostéoporose sont heureusement rares. Dans la majorité des cas, les os commencent à se fragiliser dès 50-55 ans.
L'ostéoporose est responsable de fractures. Trois fractures sont particulièrement fréquentes.