Accueil > Vos questions > Ostéoporose et conséquences > Quelles sont les complications de l'ostéoporose ?

Quelles sont les complications de l'ostéoporose ?

Souvent qualifiée de « silencieuse », l’ostéoporose n’a pas de symptômes cliniques visibles. Elle peut néanmoins engendrer des complications parfois graves.

La principale complication de l’ostéoporose : la fracture

La complication de l'ostéoporose est la fracture. Les plus fréquentes sont les fractures vertébrales, la fracture du col fémoral ou des os de l'avant-bras, mais presque tous les os peuvent être le siège d'une fracture due à leur fragilité (sauf le crâne, les doigts, les orteils et le rachis cervical).

  • La survenue de fractures vertébrales multiples entraîne une réduction de la taille plus ou moins importante (parfois responsable d'une compression de l'abdomen, d'un reflux œsophagien [sensation de brûlure dans l'œsophage], d'un essoufflement, etc.), des déformations de la colonne (dos qui se voûte, modification des courbures de la colonne vertébrale, douleurs du bas du dos et parfois douleurs de contact entre les côtes et le bassin du fait de la perte de taille) et un retentissement sur la qualité de vie. Les douleurs du bas du dos sont souvent aggravées par les efforts, les exercices, par la station debout ou assise prolongée et sont soulagées par le repos.
  • La fracture du col fémoral est grave du fait des risques de complications postopératoires générales liées à l'intervention (phlébites, embolies, infections et autres complications liées à l'alitement). Elle nécessite parfois la mise en place d'une prothèse qui elle-même peut se compliquer (infection, luxation, usure, etc.). Le retour à domicile après une intervention dans un tel contexte n'est pas toujours possible. On remarque souvent dans les suites une peur importante de tomber à nouveau ; il existe un risque de dépendance. Après une fracture de la hanche, 80 % des patientes connaissent une perte d’autonomie, 40 % nécessitent une assistance pour marcher, 30 % souffrent d’un handicap à long terme et 50 % ne retrouvent pas leur autonomie après un an[1].

Des répercussions dans la vie quotidienne

Un épisode de fracture entraîne souvent une réduction de l’activité, des capacités fonctionnelles, des troubles de la marche et posturaux (rétropulsion, phobie de la station debout, hypertonie oppositionnelle), augmentant ainsi le risque de rechute. Après une fracture du poignet par exemple, les gênes dans la vie quotidienne peuvent persister au-delà de six mois avec notamment des difficultés à manipuler des objets, à faire la cuisine, à se laver ou à se vêtir.

C’est pourquoi à la suite d’une fracture, on assiste souvent à un placement en maison de retraite.

[1] Rousière M. De l'importance de prendre en charge l'ostéoporose. Press Med 2011;40(10):900-9.

 

NP-R-PR 13 0487 - DMB-FRA-AMG-434-2013- December-NP

  • A-
  • A+

Les articles les plus consultés

Si vous vous sentez démuni face à votre maladie, rejoignez un groupe de soutien. Cela peut vous aider à envisager l’avenir de manière positive.
Les personnes atteintes d’ostéoporose redoutent souvent de tomber et donc de subir une fracture. Cela peut les conduire à s’isoler. En tant qu’aidant, vous pouvez les entourer et pratiquer certaines activités avec elles.
L'os, fragilisé par l'ostéoporose, est moins résistant et se fracture donc plus facilement. Tous les os peuvent être touchés mais les vertèbres, le col du fémur et le poignet sont les plus fréquemment atteints.