Accueil > Vos questions > Ostéoporose et diagnostic > Comment savoir si je suis atteinte d'ostéoporose ?

Comment savoir si je suis atteinte d'ostéoporose ?

L’ostéoporose n’engendre ni symptômes ni douleurs, c’est pourquoi la fracture est souvent le premier indice de la maladie. Il existe pourtant des risques connus d’ostéoporose qui permettent de savoir si l’on est atteint.

Quels sont les facteurs de risque d’ostéoporose ?

En présence d’un ou de plusieurs facteurs de risque suivants, on peut suspecter une ostéoporose :

  • ménopause précoce (avant 40 ans)
  • maigreur
  • prise de médicaments nocifs pour le squelette (traitement prolongé à la cortisone)
  • fracture du col du fémur chez l’un des parents
  • âge
  • sexe féminin
  • génétique (antécédents familiaux d’ostéoporose)
  • inactivité physique
  • carence vitaminocalcique
  • tabagisme
  • alcoolisme
  • ménopause
  • pathologies ou traitements inducteurs d’ostéoporose.

Un premier indice visible

Le premier signe qui doit alerter est une réduction de la taille (3 cm au moins), souvent liée à un affaissement des vertèbres qui peut être douloureux. Il est donc important de se mesurer régulièrement au-delà de 50 ans.

L’indice le plus douloureux : la fracture

C’est souvent à l’occasion d’une fracture que l’on découvre une ostéoporose. Tous les os sont susceptibles de subir une fracture ostéoporotique exceptés le crâne, les doigts, les orteils et le rachis cervical. Certaines fractures sont plus fréquentes en cas d’ostéoporose. Parmi elles :

  • Les fractures vertébrales : lorsqu’il y a plusieurs tassements, la taille diminue et le dos est rond et vouté.
  • La fracture de la hanche : elle empêche de bouger le membre. C’est pourquoi l’intervention chirurgicale est en général indispensable.
  • La fracture du poignet : c’est souvent le mode de découverte de la maladie. Parfois, une opération est nécessaire. Dans tous les cas, l’avant-bras est immobilisé.

Pour être sûr, l’ostéodensitométrie

Elle mesure la densité des os et donc la solidité du squelette. S’il existe des facteurs de risque, cet examen peut alerter ou rassurer avec certitude. Il est absolument indolore, ne nécessite aucune prise de médicaments au préalable et dure environ 10 à 15 minutes. Il est même inutile d’être à jeun.

Depuis le 1er juillet 2006, l’ostéodensitométrie est remboursée par la Sécurité Sociale sur prescription médicale chez les femmes à risque. Un progrès remarquable pour la prévention de cette maladie, responsable de nombreuses invalidités et de perte d’autonomie chez les femmes de plus de 75 ans.

Pour en savoir plus, l’IOF (International Osteoporosis Foundation) propose un test rapide du risque d’ostéoporose. Il est disponible dans la rubrique « L’évaluer / Testez-vous ».

Le risque d’ostéoporose est donc à surveiller dès la ménopause, aux alentours de 50 ans.

 

NP-R-PR 13 0487 - DMB-FRA-AMG-434-2013- December-NP

  • A-
  • A+

Les articles les plus consultés

Les personnes atteintes d’ostéoporose redoutent souvent de tomber et donc de subir une fracture. Cela peut les conduire à s’isoler. En tant qu’aidant, vous pouvez les entourer et pratiquer certaines activités avec elles.
L'os, fragilisé par l'ostéoporose, est moins résistant et se fracture donc plus facilement. Tous les os peuvent être touchés mais les vertèbres, le col du fémur et le poignet sont les plus fréquemment atteints.
Toutes les femmes ménopausées ne développeront pas systématiquement une ostéoporose. Avant la ménopause, les cas d’ostéoporose sont heureusement rares. Dans la majorité des cas, les os commencent à se fragiliser dès 50-55 ans.