Ma mère souffre d'ostéoporose, est-ce que cela peut m'arriver ?

L’hérédité joue un rôle important dans la survenue de l’ostéoporose. Si votre mère ou votre grand-mère maternelle a souffert d’une fracture vertébrale, d’une fracture du poignet ou du col du fémur, il faudra être d’autant plus vigilant.

La fragilité osseuse d’une mère concerne directement son enfant

L’ostéoporose peut être héréditaire. Une femme dont la mère a eu une fracture de la hanche court deux fois plus de risques de subir la même fracture en vieillissant. Quand on sait qu’il s’agit d’une des principales causes de placement en maison de retraite, il est important de s’en préoccuper à temps.

Les femmes sont les plus concernées. Les hommes sont moins menacés car à la différence des femmes à la ménopause, leurs secrétions hormonales ne cessent pas brutalement. De surcroît, ils possèdent un squelette plus massif et leur niveau d’activité physique est en général supérieur.

La densité de l'os résulte de l'interaction entre des facteurs génétiques et d'environnement. Il est certain que l'hérédité joue un rôle important. Les enfants de parents ostéoporotiques ont des valeurs de densité osseuse plus basses que les enfants de parents sans ostéoporose ; de même l'existence d'une fracture du fémur chez la mère multiplie par deux le risque de fracture du fémur chez les descendants.

Prévenir le risque d’ostéoporose dès l’enfance

Une mère souffrant d’ostéoporose doit éduquer son enfant dès le plus jeune âge :

  • En augmentant les apports quotidiens alimentaires de calcium (3-4 produits laitiers par jour, eau minérale riche en calcium type Hépar, Contrex, San Pellegrino, etc. selon les goûts)
  • En lui faisant prescrire un apport médicamenteux en vitamine D pendant la petite enfance
  • En veillant à ce qu’il s’expose raisonnablement et suffisamment au soleil pour synthétiser de la vitamine D
  • En lui proposant des activités sportives en charge sans surentraînement (marche à pied quotidienne à bon pas, course à pied, danse, gymnastique, football, etc.).

A l'adolescence, il faut rester vigilant :

  • Veiller à ce que l’adolescent ait une alimentation équilibrée riche en laitages
  • Eviter les régimes trop stricts
  • Eviter les facteurs de risque (tabac, alcool, etc.)

A la ménopause, la fille d’une mère atteinte d’ostéoporose devra consulter un rhumatologue pour revoir ses facteurs de risque.

 

NP-R-PR 13 0487 - DMB-FRA-AMG-434-2013- December-NP